Growth hacking techniques, idées growth hacking, définition growth hacking et formation growth hacking

Techniques growth hacking pour une croissance permanente de votre business

Les techniques de growth hacking et le growth hacking en lui même n’est pas quelque chose de vraiment nouveau en soi. Ce qui en revanche l’est un peu plus c’est la communication qui se fait de plus en plus en francophonie autour du concept de growth hacking. On en parle de plus en plus en France et dans l’espace francophone alors que ce dernier est déjà très largement conceptualisé et vulgarisé Outre Atlantique.

Comme vous l’avez compris, cette section du site traitera de tout ce qui existe en matière de growth hacking c’est à dire techniques de growth hacking naturellement mais aussi d’outils de growth hacking, stratégie de growth hacking et j’allais dire surtout « état d’esprit growth hacking » car le growth hacking avant d’être un ensemble de techniques futées pour doper la croissance de votre business en dépensant le moins possible c’est d’abord un état d’esprit. J’insiste sur cela car c’est ce qui revient le plus souvent quand on échange sur le sujet avec un growth hacker.

Ce n’est pas une méthode de diversion destinée à faire oublier le hacking présent au sein de la terminologie « growth hacking ». D’ailleurs quant on évoque le terme growth hacking, la première chose que l’on retient c’est en réalité le terme hacking … ça fait peur hein ? Mon Dieu ! Vous faîtes la promotion de techniques de hacking pour promouvoir la croissance de votre business, de nos entreprises ? Vous êtes fou ou quoi ? Mais non rassurez-vous, ce n’est que la force obscure du concept qui fait peur … d’ailleurs je dois vous avouer que c’est quant même un peu fait exprès. C’est destiné à faire un peu peur pour mieux vous séduire mon enfant ! Rien de plus ! En revanche c’est un véritable état d’esprit le growth hacking avec des méthodes qui tiennent souvent de celles de « McGyver » (pour ceux qui connaissent 😉 . Des méthodes plus ou moins simples mais qui fonctionnent car tournées résolument vers l’efficacité et la performance de votre croissance sur un temps court. Le growth hacking c’est un ensemble de stratégies avant d’être un ensemble de techniques. Il faut des objectifs clairement établis avant de se lancer dans le growth hacking.

Mais avant d’explorer la planète growth hacking par l’intermédiaire des nombreux articles qui seront publiés au sein de cette espace, une définition du growth hacking s’impose. Une définition aussi claire que possible pour ne pas s’égarer car s’il y a un danger c’est bien celui là. N’oubliez jamais une chose, les objectifs, les méthodes, l’organisation et les stratégies seront les bases de votre succès. Ne partez pas dans tous les sens. Soyez méthodique et pragmatique.

Proposons une définition du growth hacking :

Se lancer dans une définition du growth hacking est toujours quelque chose d’un peu hasardeux. Chacun y va un peu de sa définition compte tenu de la jeunesse du concept.

Aussi, demandons gentiment à Wikipédia ce qu’il sait du sujet :

« Le Growth Hacking est un ensemble de techniques marketing développées par des startups technologiques qui utilisent la créativité, la pensée analytique et des paramètres sociaux pour vendre différents produits et obtenir de la visibilité. On peut considéré le Growth Hacking comme faisant partie du Webmarketing, les Growth Hackers étant généralement à l’aise avec le SEO, l’analytics, le marketing de contenu et l’A/B Testing.

Les Growth Hackers se concentrent sur des solutions à faible coût, alternatives au marketing traditionnel comme les médias sociaux et le marketing viral plutôt que l’achat d’espace publicitaire dans les médias traditionnels. Le Growth Hacking est particulièrement développé chez les start-up, car il permet un lancement « Lean » mettant l’accent sur la croissance d’abord, les budgets ensuite.

Facebook, Twitter, LinkedIn, AirBnB ou Dropbox sont toutes des entreprises qui utilisent des techniques de Growth Hacking. »

Et bien voilà c’est fait !

Et ce qui est intéressant dans cette définition du growth hacking c’est que très vite si nous revenons à la base de la définition du mot « Hacking » nous percevons très vite que nous rentrons beaucoup plus rapidement dans la notion d’astuce que de piratage. Ouf ! Nous sommes sauvés !

Ensuite, chose importante, le gowth hacking n’est pas la chasse gardée d’experts ! Encore ouf ! Et oui car il faut bien le dire les experts réels, supposés ou autoproclamés nous en avons tous un peu raz-le-bol. Les experts c’est fatiguant, on est tous obligé de les écouter et comme ils aiment cela ça dure toujours trop longtemps. Et en plus au bout d’une semaine on a tout oublié ! 😉

Cela signifie donc que le growth hacking n’est en aucune manière du seul ressort de certains experts. Tout le monde peut donc faire du growth hacking.

Ce qui signifie par voie de conséquence que le growth hacking doit être présent à tous les niveaux de l’entreprise. Eh oui, chaque collaborateur d’une entreprise doit conduire ses actions, mener ses tâches à travers une logique de croissance : support technique, designers, développeurs, financiers, commerciaux, dirigeants de tout nature doivent repenser leurs actions à travers une dynamique de croissance.

Nous voyons donc bien ici que le growth hacking se situe entre le webmarketing et le développement. J’annonçais tout à l’heure que le growth hacking n’est pas la panacée des experts. C’est vrai et par la même occasion il est nécessaire de préciser que pour pratiquer le growth hacking il n’est pas indispensable d’être développeur. Néanmoins le fait de disposer de compétences dans le domaine est véritablement un plus, c’est indéniable. C’est d’autant plus vrai dans les petites structures ou les budgets ne permettent pas d’avoir un développeur maison. Maintenant il existe aussi des compétences que l’on peut externaliser. Les plateformes comme Fiverr ou encore 5euros.com pour le monde francophone etc … permettent en partie de bien gérer cette contrainte budgétaire. C’est même de plus en plus une très bonne solution. reste à trouver le bon profil de freelance.

Il ne  s’agira pas de coder des choses compliquées mais de connaître un minimum les langages courants pour pouvoir tester, modifer, re-tester etc … c’est là le coeur de la démarche du growth hacker. Le growth hacking se nourrit donc d’outils à disposition et la création de d’autres pour allez plus loin dans les résultats de l’exploitation des premiers.

Des plateformes composés de nombreux outils commencent d’ailleurs à arriver sur le marché. Pour le plus grand bonheur de tous.

Voilà pour cette brève présentation du Growth Hacking. Place maintenant au différents contenus qui seront publiés dans cette section consacré au Growth hacking.

 

 

 

Recherches complémentaires sur le sujet :